A propos du projet

Les acteurs et partenaires du projet

Le consortium du projet allie les compétences de partenaires publiques et privés: 

 

 


Principe du projet de R&D

Le service intègre la chaîne de processus qui va de la conception d’un système opérationnel jusqu’au déploiement et au pilotage à la parcelle : production et distribution d’eau, pilotage de l’irrigation en fonction des besoins des plantes, suivi et maîtrise de la qualité de l’eau d’irrigation.  Pour ce faire, l'eau usée en sortie d'usine est à nouveau traitée via un système complémentaire afin d'assurer une qualité d'eau respectant les critères exigés par l'arrêté du 2 août 2010 (modifié le 25 juin 2014) relatif à l'utilisation d'eaux issues du traitement d'épuration des eaux résiduaires urbaines pour l'irrigation de cultures ou d'espaces verts. Un suivi agronomique au niveau des plantes et du sol permet d'ajuster la dose de fertilisant selon le besoin des cultures et le stade de développement.  Parallèlement, les prévisions météorologiques permettent d'évaluer la nécessité d'irrigation en fonction des futurs événements pluvieux.

 

 

EUT= eau usée traitée
REUT= eau usée traitée réutilisée
N,P,K = azote, phosphore, potassium 
SMART= système intelligent
Impacts E&S= impacts environnementaux et sanitaires

 


Localisation de la station d'épuration et des parcelles

Le projet est mené parallèlement sur plusieurs parcelles de culture de maïs. Une partie est irriguée par de l'eau usée traitée et une autre par de l'eau de nappe souterraine, les deux types d'irrigation étant effectuées par les agriculteurs ayant accepté de participer au projet. L'objectif est de comparer ces méthodes en termes d'effet sur la qualité agronomique mais également d'évaluer un potentiel impact au niveau sanitaire.


Processus d'autorisation & campagne de concertation

Suite au dépôt de dossier dans le cadre de l’appel à projet France Expérimentation, le projet a fait l'objet d'une demande d'autorisation à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), détaillant l'ensemble des objectifs et des mesures de sécurité relatives à cette étude.  Après évaluation et retour des experts missionnés sur ce sujet, l'ensemble des informations complémentaires et des actions supplémentaires suggérées ont été honorées.  Parallèlement, des réunions publiques d'information sont régulièrement organisées avec les riverains, les associations et les élus locaux afin de répondre aux questions et aux attentes des personnes concernées. Au même titre que pour les autorités nationales, les demandes faites lors de ces réunions en termes de communication de résultats ou d'analyses d'impact sont respectées et incluses dans le programme de surveillance.

 

France Expérimentation est un dispositif conçu pour les projets innovants dont le développement est rendu impossible par certaines dispositions réglementaires voire législatives. Pour les aider dans le développement de leurs projets économiques, France Expérimentation peut autoriser des porteurs de projets à déroger, à titre expérimental et pour une durée limitée, aux normes qui bloquent le développement de ces projets.

Le secrétariat commun de France Expérimentation est assuré par la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et la direction générale des entreprises (DGE).

L’Anses assure des missions de veille, d’expertise, de recherche et de référence sur un large champ couvrant la santé humaine, la santé et le bien-être animal ainsi que la santé végétale. Elle offre une lecture transversale des questions sanitaires en évaluant les risques et les bénéfices sanitaires, souvent au prisme des sciences humaines et sociales. Ses missions de veille, de vigilance et de surveillance permettent de nourrir l'évaluation des risques. L'Agence évalue ainsi l’ensemble des risques (chimiques, biologiques, physiques...) auxquels un individu peut être exposé, volontairement ou non, à tous les âges et moments de sa vie, qu’il s’agisse d’expositions au travail, pendant ses transports, ses loisirs, ou viason alimentation.

L’Anses assure par ailleurs l’évaluation de l’efficacité et des risques des médicaments vétérinaires, des produits phytopharmaceutiques, matières fertilisantes, supports de culture et de leurs adjuvants, ainsi que des biocides, afin de délivrer les autorisations de mise sur le marché. Elle réalise également l’évaluation des produits chimiques dans le cadre de la réglementation REACh.